Rap français rime-t-il avec féminisme ?

Le rap, connu pour son caractère misogyne dans l'inconscient collectif n'est pas cohérent avec le féminisme. Pourtant si. Bien sûr sans nier qu'il existe d'autres musique dégradantes envers la femme. Mais le rap respectueux envers la femme, égalitaire et pro-féministe existe bel et bien, dévoilant aussi d'autres facettes plus intéressantes vis-à-vis de la femme et de ses droits. Dans les médias mainstream, la plupart du temps quand ça parle peura,  c'est souvent suite aux clashs entre Booba et ses multiples rivaux, pour crier au sexisme dans les paroles d'Orelsan ou de Kaaris ou encore pour lyncher la performance de Sofiane qui a bloqué l'autoroute A3. Ce n'est sûrement pas pour mettre en valeur l'art qu'est le rap français par la beauté des textes, par la qualité des flows ou par l'importance des messages. Ils ne cherchent pas non plus à changer les stéréotypes qui qualifient le rap de misogyne et sexiste, alors qu'en réalité de nombreux rappeurs assument des propos pro-féministes prouvant que rap français et féminisme peuvent aussi faire bon ménage.



Médine, Combat de femme

Lorsque les mères enfantent les filles et les filles deviennent femmes

Deviennent des sœurs, des demoiselles puis des dames

Combattre au féminin et ce depuis les premiers âges

Et quelque soit leur nom elles sont synonymes de courage

Le visage qui réconforte nos carcasses

Éloigne du tracas, soulage des sarcasmes

Au moindre problème se jette dans l'arène

Combat de lionnes, combat de princesses et de reines

A travers trois couplets, Le havrais décrit le parcours d'une mère, d'une soeur puis d'une épouse. La force de cette musique est que le texte n'a même pas de but moraliste, c'est juste un simple constat qui indirectement cherche à te faire sentir concerné. Cette musique est incroyablement féministe, elle liste et indique clairement les inégalités culturelles et sociales que subissent les femmes tout en faisant l'éloge de cette dernière qui est maîtresse de son propre destin, dont dépend totalement l'homme.



 

Georgio - Svetlana et Maïakovski

Svetlana contacte ses amis, ment sa vie sur Internet

La princesse de la toundra n'est qu'une pute à Paris

Elle se cache pour pleurer, en séchant ses yeux elle comprit

Qu'elle essuyait ses rêves, qu'ici, c'est la guerre froide sans trêve

Ce titre pourrait juste être la storytelling d'une singulière prostituée parisienne, mais c'est plus que ça. C'est le récit d'une jeune femme russe, dont les rêves ont été brisés, se retrouvant sans argent avec alors l'obligation de se prostituer, abîmée par l'alcool et la désillusion, au quotidien difficile et solitaire et qui semble avoir abandonné l'envie de s'échapper en se laissant mourir. Avec la recherche d'un aspect poétique, le texte sonne cru tout comme les poèmes de Vladimir Maïakovski, mais reste tout aussi touchant par la profondeur de l'instru. Le jeune parisien du 18e rend son humanité à cette femme qu'on considère banalement comme un objet.

 

IAM – Une femme seule

Elle était digne fière responsable comme une mère 

Ignorant la solitude qui la prit dans ses serres 

Le jour la tête haute impassible elle restait 

La nuit dans sa chambre elle se cachait pour pleurer 

Elle travaillait faisait deux jobs en même temps 

Pour pouvoir payer des vêtements décents à ses enfants

Ode aux mères célibataires, ce morceau traite un phénomène social peu banal mais également peu mis en avant : la monoparentalité, soit l'une des plus incontestables inégalités homme-femme. Des milliers de mères assumant seules la responsabilité de leurs enfants, ce qui les empêchent souvent de s'épanouir dans leur accomplissement personnel ou professionnel. Akhenaton ne fait connaître humblement l’identité de la protagoniste qu’à la fin : Si je vous parle de cette manière sincère, ouverte / C’est que cette femme seule était ma mère.

 

S-Crew, Les Parisiennes

Dans cette musique au rythme funky, les quatre parisiens du S-Crew nous parlent de la routine fêtarde et amoureuse des parisiennes. Dans laquelle elles enchaînent multiples cocktails et conquêtes, où l'apparence physique est le mot d'ordre. A travers ce titre ils décrivent en quoi les parisiennes voient l'amour comme une sorte de jeu suite à de précédentes mauvaises relations où elles ont subit ce propre jeu. Les quatre rappeurs nous montrent alors en quoi ces jeunes femmes jouissent pleinement de leur indépendance.

Le rap, connu pour son caractère misogyne dans l'inconscient collectif, n'est pas vraiment cohérent avec le féminisme. Pourtant si. Bien sûr qu'il existe d'autres musique dégradantes envers la femme mais le rap respectueux envers la femme, égalitaire et pro-féministe existe bel et bien, dévoilant aussi d'autres facettes plus intéressantes vis-à-vis de la femme et de ses droits. 

écrit par Chahinaz