Maya Angelou, l’oiseau libre

maya-angelou-hires-cropped.jpg

#VMStories raconte les femmes qui ont, à leur échelle essayé de bouger les choses. Activistes, artistes, politiciennes, reines, guerrières… à travers cette série d’articles, nous souhaitons leur rendre hommage et vous raconter leur histoire.

Figure emblématique du mouvement américain pour les droits civiques, et femme de lettres reconnue, la femme aux multiples talents : poétesse ; militante ; actrice ; écrivaine ; chanteuse ; dramaturge ou encore danseuse, Maya Angelou est une source d'inspiration aux Etats-Unis et à travers le monde. Un combat toujours d'actualité, aux Etats-Unis comme ailleurs, qui nous pousse à nous demander qui était vraiment la grande Maya.

Marguerite Annie Johnson, naît le 4 avril 1928 à Saint-Louis dans le Missouri. Accompagnée de ses parents, Vivian Baxter et Bailey Johnson, et de son frère aîné, Bailey Jr, ils quittent Saint-Louis pour la Californie et s'installent à Los Angeles. Ses parents se séparent et les envoient, elle et son frère, vivre chez leur grand-mère paternelle à Stamps, dans l'Arkansas, état du sud des Etats-Unis, où sévit une forte ségrégation raciale. Quelques années plus tard, leur père viendra les chercher pour les emmener vivre avec leur mère et son nouveau compagnon à Saint-Louis. Marguerite Johnson n'a que 8 ans lorsque son beau-père abuse d'elle et la viole. Elle décide alors de se confier à son frère qui le racontera au reste de la famille. L'homme sera jugé coupable, mais ne restera en prison qu'une journée. Quelques jours plus tard, la police vient leur annoncer que l'ancien beau-père de Marguerite a été retrouvé battu à mort. Cette nouvelle la bouleverse et la convainc que ce sont ses mots qui ont tué cet homme et qu'il ne fallait plus qu'elle parle au risque de causer la mort d'autres personnes. L'incident plongera Marguerite dans un mutisme pendant 5 années. Avec son frère, qui la surnomme Mya et lui donnera son pseudonyme Maya, ils retournent vivre chez leur grand-mère où ils prennent amplement conscience de l'omniprésence du racisme et font face aux passages réguliers du Ku Klux Klan. À Stamps, Maya rencontrera une professeure amie de la famille, Bertha Flowers, qui l'initiera à la lecture des grands classiques, mais surtout au théâtre et à la poésie. Après plusieurs années d'apprentissage, Bertha Flowers, explique à sa jeune élève qu'elle ne pourra apprécier la poésie sans la lire à voix haute. C'est donc après 5 ans de mutisme total, d'écoute, d'observation et de lecture, que Maya décide à nouveau de parler.

« Quand j'ai décidé de parler, j'avais beaucoup à dire. »

A 14 ans, elle retourne de nouveau vivre avec leur mère, mais cette fois-ci à Oakland en Californie. Elle intègre la California Labour School où elle suit des enseignements de danse et d'art dramatique. En parallèle elle deviendra la première conductrice noire du célèbre Tramway de San Francisco. En 1945, après avoir été diplômée de la CLS elle donne naissance à son fils Guy. Postérieurement à une courte union avec Tosh Angelos, celle qui se fait alors appeler Marguerite Johnson danse et chante dans les clubs de San Francisco, notamment sur le Calypso, une musique afro-caribéenne originaire de Trinité et Tobago. Poussée par ses managers, Marguerite Johnson prend officiellement le nom de Maya, son surnom, et Angelou, son ancien nom d'épouse. Entre 1954 et 1955, Maya Angelou entreprend une tournée en Europe pendant laquelle elle décide d'apprendre la langue de chaque pays dans lequel elle se produit. En 1957, elle sort son album Miss Calypso.

Jusqu'alors une danseuse et chanteuse confirmée, Maya Angelou déménage à New York afin de se concentrer sur ses écrits. Elle rejoint le Harlem Writers Guild, une organisation d'écrivains afro-américains, dont font partie Rosa Guy, Paule Marshall ou encore John Henrik Clarke. C'est également sur cette période que débute son activisme en faveur de Fidel Castro et son combat contre l'apartheid.

En 1961, elle rencontre Vusumzi Make, un avocat et activiste des droits civiques sud-africains, avec qui elle part s'installer au Caire. Après une courte carrière au journal anglophone The Arab Observer, le couple se sépare et Maya Angelou quitte l'Egypte pour aller s'installer avec son fils, à Accra au Ghana. Son voyage au Ghana lui fait comprendre l'importance des racines, et de l'histoire de ses ancêtres qui ont connu l'horreur. C'est également au Ghana qu'elle fera la rencontre de Malcolm X, célèbre militant des droits civiques aux Etats-Unis. C'est d'ailleurs pour le suivre qu'elle retourne aux Etats-Unis en 1965, afin de l'aider à fonder l'Organisation de l'Unité Afro-Américaine, une organisation panafricaine qui prend modèle sur l'Organisation de l'Unité Africaine, que Malcolm avait découverte lors de ses voyages dans divers pays africains. Peu de temps après son retour, le 21 février 1965, Malcolm X est assassiné lors d'un discours par des membres de la foule présente. Maya Angelou sera dévastée par la nouvelle et regrettera de ne pas avoir pu mener une lutte plus longue à ses côtés.

L'année 1968 fut décisive pour Maya Angelou, alors qu'elle est en pleine organisation d'une marche pour l'égalité à la demande de Martin Luther King, à qui elle voue une admiration pour son combat non-violent, celui-ci est assassiné au balcon de sa chambre d'hôtel, le 4 avril 1968, jour du 40ème anniversaire de Maya Angelou. Submergée une profonde tristesse, Maya Angelou sera soutenue par son ami écrivain James Baldwin. C'est durant cette année qu'elle écrira, produira, et narra, Blacks, Blues, Black ! Une série documentaire analysant les liens entre le Blues et l'héritage africain des afro-américains. Son ami James Baldwin lui fera, par la suite, rencontrer Robert Loomis, un célèbre éditeur qui la mettra au défi d'écrire son autobiographie. L'écrivaine se laisse prendre au jeu et publiera en 1969 le premier tome d'une série de 7 livres autobiographique, l'ouvrage qui la révèlera au monde, une oeuvre mêlant identité, racisme, viol et littérature : Je sais pourquoi chante l'oiseau en cage (I know why the caged bird sings).

Pendant 30 ans, Maya Angelou ne cesse de créer et de se diversifier : professeure dans diverses écoles et universités, première scénariste noire pour le film Georgia, Georgia (1972), actrice dans la mini-série Roots (1977), ou encore réalisatrice du film Down in the Delta (1996). En 1993, Bill Clinton alors fraîchement élu président des Etats-Unis, lui demande de réciter un poème lors de son investiture. Le 20 janvier 1993, Maya Angelou prononcera devant le monde entier On The Pulse of Morningun puissant poème d'espoir sur l'inclusion, le changement et la responsabilité à la fois présidentielle et citoyenne. Poème dont l'enregistrement lui fera gagner un Grammy Award.



« Here on the pulse of this new day

You may have the grace to look up and out

And into your sister’s eyes, and into

Your brother’s face, your country

And say simply

Very simply

With hope

Good morning »



Véritable inspiration pour les afro-américains de tout âge, Maya Angelou se servira de son histoire pour délivrer un sincère message d'espoir aux nouvelles générations. Sans jamais oublier ses racines et son histoire, la poétesse traduira à travers ses mots sa force de caractère et sa détermination, notamment dans son poème Still I rise (1978).



« Out of the huts of history’s shame

I rise

Up from a past that’s rooted in pain

I rise

I’m a black ocean, leaping and wide,

Welling and swelling I bear in the tide.

Leaving behind nights of terror and fear

I rise

Into a daybreak that’s wondrously clear

I rise

Bringing the gifts that my ancestors gave,

I am the dream and the hope of the slave.

I rise

I rise

I rise. »

Maya Angelou prenait à coeur de faire comprendre aux jeunes noirs combien leur parole est importante et à quel point leur voix doit être entendue quand bien même la sienne aurait été bafouée à de nombreuses reprises. C'est pour cette raison que sur le tournage du film Poetic Justice (1993), Maya Angelou, alors actrice, prend à part l'un des jeunes acteurs qu'elle entend jurer et menacer un autre homme, pour lui dire « Quand est-ce que quelqu'un t'a dit pour la dernière fois à quel point que tu était important ? Sais-tu à quel point, tu es important ? Sais-tu qu’il y a des gens qui ont pris des bateaux, dans leurs excréments, leurs urines, leurs menstruations, que des gens ont été achetés et vendus aux enchères, achetés et vendus pour que tu puisses être ici, 200 ans plus tard ? » Janet Jackson, actrice principale du film, apprendra par la suite à Maya Angelou qu'elle venait de s'adresser à Tupac Shakur, dont elle ignorait la carrière et la popularité.

Maya Angelou s'éteindra le 28 mai 2014 à l'âge de 86 ans. Véritable source d'inspiration, notamment pour Oprah Winfrey, Alfre Woodard ou encore Nicki Minaj, Maya Angelou, bien qu'en cruel manque de notoriété en France, aura laissé une empreinte indélébile aux Etats-Unis et dans le monde entier. Toujours d'actualité, son combat en faveur de l'égalité fait encore et toujours résonner la voix et les mots de Maya Angelou.

« Le succès, c’est vous aimer vous-mêmes, c’est aimer ce que vous faites, et c’est aimer comment vous le faites. »

écrit par Louise