Lola

Lola (8).JPG

17e arrondissement, 10h30

La porte s’ouvre : Lola m’accueille dans sa petite chambre de bonne située au 7e étage sans ascenseur d’un immeuble haussmanien. “Je viens d’emménager dans une chambre de bonne, mon premier endroit rien qu’à moi à Paris.” Lola est originaire de La Rochelle, et est venue à Paris lorsqu’elle avait 19 ans, après un coup de foudre.  “Je suis un vrai cœur d’artichaut, je vis à fond mes passions, même si parfois ça fait mal.” Elle m’explique qu’elle a souvent vécu chez ses amoureux ou ses amis, avant d’habiter ici. 

 Elle allume un premier joint, puis un deuxième, on discute de tout et de rien tout en écoutant Oum Kelthoum. Elle me dit qu’elle écoutait beaucoup de musique arabe lorsqu’elle était petite. “J’écoutais beaucoup de musique avec ma grand-mère, c’est elle qui m’a fait découvrir la plupart des artistes que j’écoute aujourd’hui.” Une question que je posais me revient en tête : Pourquoi LolaViande ?  Elle sourit. “La plupart des gens se demandent ça ! Ça vient d'une réplique d'un film belge, une blague entre amies qui est restée, maintenant c'est plus un doigt d'honneur, aux mecs, aux gens, qui traitent les meufs comme de la viande.”

On finit sur Youtube à regarder des vidéos de Leikeli47 mais aussi les clips dans lesquels Lola a participé : on voit des commentaires très négatifs. “Je m’en fiche de ce que les gens peuvent penser de moi. Des fois, certaines marques ne veulent pas travailler avec moi parce qu’elles trouvent que mon Instagram fait trop « assumé ». J’ai pris trop de temps très jeune à m’accepter telle que je suis aujourd’hui et à être moi-même, je ne vais pas changer ça. L'authenticité prime, toujours.”

 Lola est modèle pour des photographes et des marques et a joué dans plusieurs clips. “Quand j’étais petite, je passais beaucoup de temps à me déguiser chez ma grand-mère, elle récupérait plein de vêtements tout le temps, et j'ai du coup plein de photos de moi avec des tenues qui étaient dans ma tête des robes d'impératrices ou des tenues très mode comme elle me montrait dans ses magazines. J'ai toujours bien su poser, quand j'ai eu mon premier appareil photo je faisais des autoportraits au retardateur tout le temps dans ma chambre, j'en ai posté certains et du coup quand je suis arrivée sur Paris, on m’a proposé de shooter et j’ai accepté. Mais je préfère beaucoup plus jouer que poser. J’aimerais bien être comédienne, le cinéma, c'est ça mon rêve.” Et c’est tout ce qu’on lui souhaite. 

Instagram