La femme maghrébine : entre fantasmes et clichés

credits : Azeema Mag

credits : Azeema Mag

A travers cet article mon souhait n'est pas de faire passer la femme maghrébine pour une victime qui ne trouve pas mieux à faire que de se plaindre, mon objectif à travers ces lignes est de dénoncer un problème qui se pose à notre civilisation actuelle. Cela fait maintenant 15 ans que je vis en France, j'ai également vécu un an en Belgique et malgré les frontières la vision que l'on a de nous, femmes maghrébines est très similaire.


L'image qui ressort le plus, ou du moins qui marque le plus nos esprits est celle de la beurette lambda, une coquille vide de vertus et débordante de vices, n'ayant aucune ambition professionnelle et calquant son avenir sur son futur mariage plus ou moins arrangé. Ce modèle de femme est considéré comme le paria de deux sociétés aux contrastes bien marqués, la civilisation occidentale et la société orientale, de tous bords elles sont repoussées, sauf peut-être par les mêmes hommes qui les insultent à longueur de journée et qui jouent à un tout autre jeu une fois la nuit tombée…

Plusieurs acteurs sont responsables de la propagation de cette image : les rappeurs (clips & lyrics compris), la société orientale (tous sexes confondus)… Mais ceux qui l'expriment le plus souvent à mes yeux sont les hommes maghrébins. Peut-être est-ce lié à l'éducation, au modèle familial dans lequel ils ont grandi et à celui qu'on leur vend comme idéal; femme au foyer à la nature prude et “docile” élevant leurs enfants et ne sortant que rarement. Peut-être que les femmes maghrébines qui sont ne serait-ce qu’un peu “occidentalisées” leur serviraient de bouc émissaire. Peut-être est-ce lié au fait que la société et les institutions françaises les rejettent, alors pour supporter cette exclusion sociale ils se sentent mieux lorsque à leur tour ils rejettent une partie de la population. Je ne suis pas psychologue, je ne dis pas que
toutes mes affirmations sont exactes, néanmoins je ressens le besoin de comprendre pour aider et défendre mon image.

Premiers résultats lorsqu’on cherche “beurette” sur Google

Premiers résultats lorsqu’on cherche “beurette” sur Google

En effet certaines femmes maghrébines correspondent à cette réputation, cependant elles ne représentent qu'une infime partie de notre communauté. Malheureusement on en revient à être toutes assimilées au modèle que renvoie le terme “beurette” et on se surprend même à se sentir satisfaite lorsqu'un caucasien dit “c'est dingue quand on te parle on dirait pas qu'on parle à une arabe” -  sous-entendu femme maghrébine. Je me permets alors de rétablir ma vérité: les femmes maghrébines sont très différentes en fonction de leur éducation, de leurs fréquentations, de leurs ambitions et de leurs aspirations personnelles. Nombreuses sont celles qui profitent d'être dans une société libre pour pouvoir boire, s'amuser en boîte et qui vivent au jour le jour…Mais encore plus nombreuses sont celles qui profitent du droit qu'elles ont d'aller à l'école et de se cultiver - ce qui n'est pas le cas dans plusieurs pays arabes et africains - et qui mènent des projets professionnels et personnels impressionnants. Enfin, ne croyez pas qu'il existe une stricte frontière entre les deux modèles de femmes que j'ai décrit plus haut, beaucoup se retrouvent entre ces deux modèles.

Ce que nous subissons est lié à un préjugé qui s'est développé autour de notre origine ethnique. Les remarques désobligeantes qui ne sont pas fondées viennent de tous bords : inconnus, membres de notre communauté, proches et même famille. Ces femmes, victimes de ces comportements intolérants, peuvent développer des mal-êtres, des troubles anxieux, certaines mêmes traversent des crises suicidaires. Le fait que ce qu'elles tolèrent au quotidien n'est pas reconnu auprès de la conscience commune est un mal en plus : lorsqu'une personne ayant un mal-être reste dans l'indifférence totale, ce sentiment nocif se développe encore et encore. Les femmes noires subissent les mêmes préjugés que nous et ont alors développé un mouvement respectable, l’afro féminisme. Je pense qu'il est temps que les femmes maghrébines et arabes s'unissent pour s'écouter, se soutenir et faire avancer les mentalités. Cela serait bénéfique à tout le monde de vivre dans un monde de paix et de tolérance.

écrit par Kawter