Jeanne

Jeanne (2).JPG

Ligne 8, 12h30

C’est un endroit plutôt particulier qu’a choisi Jeanne pour prendre des photos. “C’est une ligne que j’aime bien  A chaque fois que mon père passe par la station Filles du calvaire, il envoie une photo à mes sœurs et moi en nous disant que nous sommes ses filles du calvaire …”

Jeanne étudie l’histoire et les sciences politiques à la Sorbonne. “J’aime bien le contexte et le milieu universitaire parce que ça me donne envie de faire des recherches. J’adore les bibliothèques, je trouve que ça me rapproche de la connaissance et qu’elle m’est accessible.” Elle m’explique que son prof de relations internationales leur a un jour dit que les sciences sociales sont une désillusion. “Et c’est vrai, plus j’apprends des choses, plus je trouve le monde badant, ça me rend cynique un peu.”

On parle de religion : Jeanne a grandi dans une famille catholique : son père est diacre : “Dans la religion catholique, je n’aime pas le côté miracle ou encore la confession, je les trouve inutiles. Je vois ça d’un point de vue plus spirituel, quelque chose qui ne passerait pas forcément par des démonstrations matérielles forcément. Mais je déteste la manière qu’on a aujourd’hui de dire catholique = archaïque, par exemple, je ne supporte pas les médias comme les Inrocks ou Kombini à ce sujet.”

Lorsque je lui demande ce qu’elle pense du paysage politique aujourd’hui, elle me répond : “Je suis très perturbée par le fait qu’ils se soient tous forcément corrompus pour atteindre la place qu’ils ont dans leur parti. J’ai beaucoup plus de respect pour des gens qui agissent à l’échelle locale parce que je me rends compte que ce sont des gens comme toi et moi, alors je me demande si les politiciens n’ont pas tous des problèmes d’égocentrisme et de mégalomanie. Après, l’éternelle question : est-ce qu’il faut s’intéresser à la personnalité des politiques ? Je me dis qu’à partir du moment où on a accepté la connerie de la démocratique représentative actuelle, autant jouer jusqu’au bout et OUI prendre en compte leur personnalités. Après tout ça fait partie de nos élections maintenant : tout est à base de buzz, on se croirait aux US.” Elle ne veut pas se résoudre au Fillon/Le Pen. “Je crois à l’émergence d’un autre candidat, Macron/Mélenchon ou autre. J’aime le fait que les primaires de droite aient eu autant d’audience et j’attends beaucoup des primaires de gauche, quoi que l’on puisse dire. Mais je n’ai pas d’avis fermé.”

Jeanne (3).JPG

La conversation dérive ensuite sur la représentation de la femme aujourd’hui : un sujet que l’on adore toutes les deux et qui est surtout le point central de ce blog. “En fait, je suis tiraillée : j’aime bien l’idée que chaque femme puisse faire ce qu’elle veut, pourtant de là, il y a des choses que font les femmes ou qu’elles renvoient qui, je trouve, posent des problèmes éthiques. Par exemple, être ultra féminine et provocante à la Nicki Minaj ou à la Kim Kardashian, ça peut être une sorte de « féminisme», mais l’espèce d’ironie que comprend cette ultra féminité n’est pas comprise par l’opinion commune. On dit juste que ce sont des putes et elles ne revendiquent même pas être féministes. Il y a autre chose que je trouve très dérangeant : c’est qu’aujourd’hui, la chirurgie esthétique c’est quelque chose qui devient très banal, je pense notamment aux Kardashian et je trouve ça très dérangeant de modifier son corps pour plaire à l’homme, ou plutôt pour répondre à des codes que la société réclame. Je pense que tout ça passe par une certaine porn culture : il y a des pages Facebook secrètes avec 500000 mecs dessus qui postent des photos de femmes et le problème c’est que dans ces photos et au vu des commentaires en dessous, la femme n’est pas une personne libérée mais un objet de satisfaction. « En France, on a la burqa de chair » : la phrase n’est pas de moi mais en gros, les femmes en Occident se retouchent de la tête au pied, pour atteindre la perfection, c’est une obsession : on critique les femmes voilées, mais nous aussi on cache nos corps.”

Et tout ceci aborde la problématique du maquillage, Jeanne ne sait pas trop quoi en penser. “Je vois des tutos sur YouTube avec des filles qui se sentent bien avec du maquillage, donc elles se maquillent et j’ai envie de dire oui. Mais ce n’est pas un problème en vrai de vouloir changer son visage ? C’est quand même une sorte de névrose tout ce maquillage. Oui le maquillage est un art j’en suis convaincue mais le maquillage trop jeune par exemple, ça me dérange.”

Des inspirations ? “J’aime bien le personnage de Christine And The Queens, mais contrairement à ce que l’on peut penser, ce n’est pas par rapport à sa sexualité mais plutôt à son univers. J’aime bien sa musique, je la trouve originale et bien agencée et son style, son côté androgyne : elle se réapprorie beaucoup le costume masculin, j’adore. Elle illustre aussi une mouvance qui me plaît moins, de vouloir à tout prix évoluer à coup de nouveaux concepts en estimant que les gens qui ne les comprennent pas sont des gens archaïques” Une artiste qu’elle situe à peu près dans le même délire que Stromae. D’autres artistes qu’elle a bien aimé ? “Le dernier album de Booba, c’était une pépite.”

Qu’est ce qu’elle se voit faire plus tard ? “Des fois, j’ai des envies de make-up artist ou encore d’architecture mais je pense que j’aimerais bien être professeur, pour continuer à distribuer la connaissance et l’approfondir.”

Instagram