Njeri

14h, Danube.

Je rejoins Njeri à la station de métro. On attend une de ses amies puis on va chez elle. Njeri habite dans un immeuble du 19e arrondissement de Paris. “C'est fou parce qu’il y a un mythe sur cet arrondissement, comme sur le 93. Les gens pensent qu'on vit dans le danger mais c'est faux. J'habite ici depuis super longtemps et j'adore mon quartier et mon arrondissement. Je trouve qu'il y a une ambiance un peu “famille” et populaire qu'on ne retrouve pas ailleurs.“  Njeri est métisse, d'une mère française et d'un père kenyan. Elle a un frère jumeau, une grande sœur et une petite sœur du côté de son père. “La famille c'est super important pour moi, je suis très proche d'eux. Mon père est un rasta et je suis actuellement en train de préparer un documentaire à ce sujet. Je suis aussi super proche de mon frère jumeau et de ma sœur, elle et moi avons souvent travaillé ensemble. Mon idéal serait de pouvoir vivre de ma passion et de travailler avec ma famille." 

On parle ensuite de la Fashion Week. "Il y a peut être une image "cool” qui se dégage mais tous les gens qui ont déjà participé ou travaillé pendant une Fashion Week te diront que c'est pas cool du tout. Quand tu travailles en coulisses, c'est super stressant, il y a plein de monde, faut habiller et déshabiller les mannequins en deux temps trois mouvements, on te crie tout le temps dessus…. Et à l’extérieur, tout le monde te dévisage et te juge selon ton physique et ta manière d'être habillée. Mais ça a aussi ses côtés positifs : c'est le moment de l'année où tu peux essayer des tenues originales et osées sans pour autant te faire trop remarquer parce que tout le monde est habillé de manière excentrique. Même avec tous ses défauts, j’adore y aller et découvrir les nouvelles collections !.“ 

Njeri (4).JPG

La grande passion de Njeri, c'est la photographie. "J'ai toujours aimé prendre des photos. Ce qui m'attire dans la photo, c'est de pouvoir faire partager ce que je vois de la plus belle des manières et d'immortaliser les instants. Toute ma famille a toujours pris énormément de photos donc j’ai grandi avec toujours beaucoup d'appareils photos autour de moi. J'ai aussi appris que mon arrière grand père était aussi photographe pendant la guerre, il a pris des soldats en photo mais faisait aussi beaucoup de portraits. J'ai fait des stages aussi, j'ai eu la chance de travailler avec un grand photographe de mode et d'apprendre beaucoup de lui." 

Elle travaille d'ailleurs en ce moment sur un projet en collaboration avec Twenty Magazine qui s'appellera "Face of Women”. “Le concept est de mettre des femmes de toutes les origines et de toutes les couleurs en avant. On a shooté la semaine dernière et le shooting s'est super bien passé, je suis satisfaite du résultat et j'ai hâte de pouvoir le présenter.” 

Instagram

Twitter

Portfolio