Aminata

Richard Lenoir, 16h

Aminata a grandi dans ce quartier mais aujourd’hui, elle n’habite plus ici. On s’assoit sur un banc le temps qu’elle rassemble ses affaires. Pourquoi le Leaderprice ? “C’est pour montrer que c’est la Hess ! Plus sérieusement, c’est le quartier où j’ai grandi : ce Leaderprice, on y va tout le temps pour acheter à manger, ça fait partie intégrante de notre quotidien et c’est vrai.” Je suis très contente parce que depuis le début de ce blog, j’attendais une fille qui m’emmènerait au supermarché du coin, parce qu’on ne fait pas toutes au Marks and Spencer. A bas les bouteilles d’eau à 5 euros et vive les canettes d’Ice Tea à cinquante centimes, pas de crari entre nous. 

Elle s’intéresse beaucoup à la mode. “Avec une amie, on aimerait faire des vêtements.” Elle sort des colliers qu’elle a pu fabriquer avec différents tissus, qu’elle a trouvé ou acheté. Mais la mode n’est pas la seule chose qui l’intéresse : “J’adore le maquillage, je trouve que c’est vraiment un super moyen d’expression.” Elle me montre des photos d’essais make-up sur des amies.

“Je trouve que le maquillage, comme les coupes de cheveux, est un moyen de s’exprimer. J’aime bien porter des perruques ou des tissages et je n’ai aucun problème avec ça. Ce qui est problématique, c’est de ne pas s’assumer sans. J’aime changer de coupe de cheveux, mais jamais je ne me défriserais les cheveux par exemple. On a de beaux cheveux et c’est dommage de ne pas les assumer aussi. Je pense pareil pour le maquillage. Il n’y a rien de mal à aimer se maquiller mais il faut pouvoir porter le naturel aussi.”

Mais son quartier ne lui rappelle pas que de beaux souvenirs. A quelques pas de là, se trouvent les locaux de Charlie Hebdo, lieu principal de la première attaque terroriste, il y a maintenant 2 ans. “Ce qui s’est passé m’a beaucoup touché. Je suis passée dans cette rue quelques minutes avant l’attentat et j’y suis repassée quelques minutes après : je n’ai rien compris à ce qui se passait. J’ai été très chanceuse, mais c’est vraiment choquant de se dire qu’on aurait pu y être.  Tous ces événements ont pour moi juste permis de taper encore plus sur les communautés musulmanes et arabes. Il faut vraiment faire attention à faire la part des choses et à ne pas être divisé comme ils veulent que nous soyons.”

Le téléphone sonne : Aminata reçoit un coup de fil de la part d’une de ses amies. “Je vais aller voir des potes après, tu veux venir avec moi ?” J’esquisse un sourire et la suit dans le métro.

Instagram